Bilan de mes revenus passifs : septembre et octobre 2015

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Mon objectif est d’atteindre la liberté financière pour mes 45 ans après un périple qui aura duré 12 ans. Ce que j’entends par liberté financière? Aucune dette et suffisamment de revenus passifs pour couvrir mes dépenses.

Pour y arriver, j’épargne au moins 12 000$ à 16 000$ par an en me serrant la ceinture et je rembourse à la fois mes dettes, incluant mon hypothèque, à la vitesse de l’éclair en plus de me bâtir une micro-entreprise en ligne qui génère des revenus passifs.

Mais, l’épargne seule n’est pas suffisante. Encore faut-il la transformer en revenus et la méthode que j’ai choisi pour y arriver, c’est l’investissement boursier axé sur la croissance du dividende.

En fait, j’achète des titres de grandes cies qui versent un dividende en croissance année après année à ses actionnaires! C’est du revenu purement passif et du capitalisme à l’état pur car je m’approprie grâce à mon capital une part des moyens de production et en retour on me donne une part des profits.

Pourquoi faire tout ça?

Parce que je me sens comme Neo… coincé dans la matrice. Parce que je connais très bien cette route… celle du dodo-métro-boulot. Parce que je sais comment elle se termine et parce que je ne veux pas finir comme ça!

J’ai tant de choses à faire, tant de choses à apprendre, tant de livres à lire, tant de gens à rencontrer, tant de pays à visiter. Mais je ne peux pas parce que… je travaille.

Comme les autres je suis né enchaîné. Enchaîné à cette routine incessante de journées qui sont si semblables entre elles que je finis par confondre les jours, les mois et les années. Elles sont si semblables entre elles que lorsque je repense au tsunami ou au temblement de terre d’Haïti ou encore aux attentats de 2001, je ne peux qu’être estomaqué de constater que ces événements datent tous de plus de 5 à 10 ans alors que ça me paraît si récent.

La vie en cage est insipide. Le traffic avec les mêmes conneries, jokes pipi-caca et opinions merdiques à la radio tous les matins et soir. Le bureau brun à flipper toujours les même papiers et à proposer toujours les mêmes solutions aux mêmes problèmes tout en se faisant croire que chaque dossier est différent. Les collègues que je n’ai pas choisi et avec qui je passe le plus clair de ma vie éveillée. Les vacances à la va vite parce que c’est le seul temps qu’on a…

Est-ce réellement ça la vie? Est-ce la seule façon de vivre?

Pourtant, chaque fois que je me sens down. Chaque fois que je repense à tout ce temps perdu à jamais, loué pour des peanuts à un employeur, je pense aux autres humains qui peuplent cette planète, qui vivent dans des pays lointains où la vie est plus dure encore. J’aurai beau chialer sur mon sort, je fais partie des 1% des plus riches du monde.

Je suis toujours mitigé sur mon approche lorsque je me mets à penser à ça. D’un côté je veux être libre financièrement pour me libérer de la dépendance à un employeur, de mes petits problèmes d’occidentaux. De l’autre, tant de gens vivent des situations bien pires que la mienne et ne peuvent s’offrir même le luxe d’avoir de l’espoir.

Mon voyage vers la liberté financière est un voyage égoïste vers un avenir meilleur… pour moi. Peut-être pour bébé qui arrive à grands pas et pour ma conjointe… mais pas pour l’humanité.

L’humanité… L’humain base toute sa société et son existence sur l’exploitation. Comme un virus, on cannibalise les ressources et on essaie de s’infiltrer partout, de peupler et occuper tous les recoins. On se cache derrière la sophistication des mots pour se voiler la face. On s’auto-manipule pour ne pas s’avouer notre propre vérité. Nous sommes le cancer de cette planète. Nous opressons toutes les autres formes de vie qui occupe cette petite planète bleue.

On appelle « ressource » des animaux doués de vie et de conscience qu’on élève pour les abbatre et les dévorer et après on dit aimer les animaux. Ce ne sont pas des ressources, ce sont des êtres vivants doués d’une conscience, d’une personnalité, de besoins et désirs.

Pourtant, chaque année on tue plus de 40 milliards d’animaux, 6 fois la population mondiale… C’est ça l’amour? Je préfère qu’on ne m’aime pas… C’est le pire génocide que la terre a connu. Pire que l’extinction des dinosaures… pire que les génocides de la deuxième guerre mondiale et c’est nous les bourreaux qui commandons ces meutres en série.

On clame à tout vent que pour nous les enfants et la famille c’est le plus important alors qu’on park nos kids à la garderie dès la naissance et qu’on demande au gouvernement de les élever à notre place parce qu’on préfère travailler pour se payer un petit sport utilitaire de l’année et une maison trop chère qui ressemble à celle des magazines.

On appelle main d’oeuvre la masse des travailleurs, vous, moi, vos enfants. Nous sommes de la main d’oeuvre à exploiter. Et ça, on l’exploite la main d’oeuvre. On vole nos fonds de pension (épargne en fidéicommis dont la gestion a été confiée… car c’est tout ce qui a été confié, pas le droit de la voler) et on essaie toujours de nous payer le moins cher possible. On trafique encore les mots en disant qu’on gèle nos salaires alors que la marche de l’inflation continue son rythme et donc ce gel n’est pas un gel mais bien une baisse de salaire.

On exploite les forêts, les rivières, les fleuves et les mers. On exploite les bactéries et on viole leur code génétique désormais (projet international dans lequel on vide des bactéries de leur ADN pour le remplacer par un ADN plus utile comme celui d’une luciole afin de fabriquer des lumières biologiques notamment… wow… c’est utile!).

L’humain est rempli de contradictions.

J’aimerais changer l’humanité, mais honnêtement, je ne saurais pas par où commencer sinon par moi-même, par mon fils et ma famille et mes amis. La tache est colossale et l’humain veut-il réellement changer?

On se bat pour les même stupidités qu’il y a deux mille ans. On tue pour la foi en une ou plusieurs lubies qui n’existent pas au nom d’un dieu qu’on a inventé pour justifier notre faiblesse et apaiser notre ego meurtri par notre propre stupidité et impuissance… On continue de dépenser des sommes colossales pour s’entretuer dans des guerres absurdes alors qu’une fraction de cet argent serait suffisant pour que tout le monde ait accès à l’eau et suffisamment à manger.

Gandhi disait : incarne le changement que tu veux voir se produire.

J’essaie donc de m’améliorer chaque jour, de bien agir et de devenir autant que possible un modèle.

J’évite la surconsommation. J’épargne beaucoup. J’évite d’être une charge sociale. J’utilise mes temps libres pour m’instruire et faire le bien autour de moi, aider mes amis, ma famille, mes collègues.

Depuis que j’ai pris conscience de l’ampleur du génocide animal et de la façon dont on les traite, je suis devenu végétarien pour éviter d’encourager l’exploitation de pauvre bêtes sans défense et j’ai même cofondé un blog sur le sujet.

Je recycle. Je fais du compost. Je donne à des oeuvres de charité de l’argent à défaut de temps et éventuellement je donnerai aussi du temps lorsque j’en aurai plus à ma disposition.

Je fabrique moi-même plusieurs biens de consommation qui me sont utiles.

J’essaie de faire ma part.

J’évite le surendettement et je partage mes connaissances en espérant en inspirer au moins un ou plus d’uns si possible.

Je sais par contre qu’en investissant dans de grandes corporations, je n’encourage pas que de bonnes choses. Mais ne pas le faire veut dire que je resterai coincé dans l’immobilisme. À défaut de mieux, je demeure réaliste face à l’humanité. L’humain est ce qu’il est… une bête douée d’un cerveau trop puissant pour ses capacités de gestion et ce cerveau n’a pas été livré avec un manuel d’instruction…

Voilà pourquoi je fais tout ça. Je le fais pour que ma vie s’améliore et idéalement pour que le monde s’améliore.

Assez tergiversé. Voyons voir ce qu’ont été mes revenus passifs des deux derniers mois :

Septembre :

Dividendes : 233,38$ comparativement à 109,28$ en 2014
Revenus passifs en ligne : 105,74$ comparativement à 60,31$ en 2014

Total : 339,12$!!! Encore un autre mois solide!

Octobre

Dividendes : 103,82$ comparativement à 52,66$ l’an dernier
Revenus passifs en ligne : 59,41$ comparativement à 36,87$ l’an dernier

Total : 163,23$… moins intéressant mais je m’attendais à ce que mes revenus en ligne baissent car mon site phare qui génère l’essentiel de mes revenus en ligne est un site estival. Il marche de moins en moins fort à mesure que le froid approche. Mais, j’en bâtirai d’autres, comme mon site sur la fabrication d’alcool maison qui commence à avoir un solide flot de visiteurs quotidiens.

Conclusion

Si comme moi vous avez la conviction que votre vie pourrait être meilleure, différente, sâchez que vous ne faites pas fausse route. Vous avez beaucoup plus de pouvoir que vous ne le croyez sur votre vie.

Mais Rome ne s’est pas bâtie en un jour. On ne rattrape pas 15 ans de mauvaises habitudes de consommation et d’épargnes en un an… mais en dix… ou en quinze… c’est tout à fait faisable si vous en avez la motivation.

Que ça soit pour prendre une retraite jeune, pour vous donnez des options ou un petit coussin en cas d’imprévus, il n’est jamais trop tard pour changer.

Moi je l’ai fait à 32 ans après avoir gaspillé toutes mes épargnes et mes revenus, après même m’être endetté pour acquérir des biens qui ont en grande partie finis au dépottoir…

Voilà qu’aujourd’hui, 2 ans plus tard, j’ai une rente automatique de plus de 250$ par mois en moyenne sans n’avoir à lever le petit doigt et que mes dettes ont fondues comme un iceberg en plein soleil de Cuba.

Je n’ai pas hâte à dans dix ans. Mais j’ai hâte de voir quelle sera ma rente mensuelle d’ici là!

Vous aussi vous pouvez le faire. Il suffit d’en avoir la motivation et la conviction profonde!

Leave a Reply