L’exode des villes ou le retour à la terre : un de mes rêves!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Autrefois en Europe, à une époque obscure et violente appelée le Moyen-Âge, les gens vivaient encore de la terre. Mais, déjà les villes commençaient à se remplir au détriment des campagnes.

Lorsque le Québec a commencé à être colonisé par les Français vers la fin de cette époque, le système Seigneurial a rapidement été exporté ici et avec l’aide du Clergé, on a peuplé le Québec en octroyant aux colons de petits lopins de terre à défricher et à cultiver.

Bien sûr, des villes se sont créées, mais il y a 100 ans à peine, beaucoup de Québécois vivaient encore de la terre et possédaient de petites fermes familiales.

Le curé Labelle est d’ailleurs notoire et connu comme étant celui qui a peuplé les Laurentides.

Posséder son petit lopin de terre, le cultiver pour se nourrir et nourrir sa famille… en arracher ça c’est clair à cause de la rigueur du climat ou de la rigueur du sol du bouclier Canadien pour ceux qui se sont fait envoyer dans ces terres. C’était la vie au grand air.

Puis, l’industrialisation a commencé à changer la donne. Des porcheries immenses ont émergé. Des fermes laitières gigantesques et des poullaillers où l’élevage en batterie est préconisé ont modifié l’ère agricole du Québec et en fait de partout dans le monde. Comment réussir à concurrencer ces immenses multi-nationales qui ont décidé de contrôler la chaîne alimentaire?

À ce sujet, je vous invite d’ailleurs à écouter le documentaire Food Inc gratuitement sur YouTube.

L’invention des pesticides et engrais chimiques, la mécanisation des récoltes, la culture intensive des sols sont tous des inventions qui nous ont permis de prospérer… mais à quel prix?

Nous avons pollué les rivières, pire, les nappes phréatiques avec le purain de porc. Même les sols sont devenus impropres à la culture a bien des endroits au Québec, mais ça c’est méconnu et tabou d’en parler. Qui n’a pas d’allergies bizarres aujourd’hui? Est-ce du aux engrais et aux pesticides? Qui n’a pas remarqué que la fécondité est en chute libre parmi les animaux mais aussi parmi les humains, que de plus en plus de gens ont recours à la procréation assistée de nos jours?

Et tant qu’à partager des documentaires, avez-vous vu Bacon : le film, un film de l’ONF qui a de la date comme on dit mais qui en dit long sur le sujet au Québec et sur le scandale des méga porcheries? Ça vaut la peine de le voir.

Les gens ont déserté les campagnes et les régions, abandonnant les fermes familiales où ils étaient leur propre maître au profit de la vie en ville où de la main d’oeuvre est recherchée pour accomplir des tâches répétitives… Ils n’ont pas vraiment eu le choix…

Et encore aujourd’hui, les jeunes quittent les régions pour s’établir en ville, là où ils peuvent trouver un emploi plus facilement et se faire une vie.

Mais voilà, à trop vivre dans le béton, à trop fouler l’asphalte, on en finit par oublier que nous sommes issus de la « nature », des forêts et des plaines. Et pour beaucoup d’entre nous, on a souvent l’impression qu’il nous manque quelque chose… le grand air peut-être? Les grands espaces?

Bon… je ne suis pas historien, mais je pense que vous avez compris où je veux en venir?!

Suis-je un de ces illuminés pouilleux qui veut vivre dans une commune avec des moutons et d’autres pot-head? Non.

Mais, moi je passe ma vie dans un cubicule brun de 6′ par 6′ par 6′ en pleine pollution du Centre-Ville… je vis dans une boîte carrée quoi! À faire quoi? À répondre au téléphone, à gratter du papier et piocher sur un ordinateur… à imprimer, à brocher, à scanner et envoyer des documents juridiques… À m’obstiner afin de défendre les intérêts de mon employeur… bref je travaille.

Le grand air et les grands espaces me manquent et l’un de mes plus grands rêves, c’est de faire un retour la terre. Non pas comme un agriculteur, mais plutôt comme un homme libre qui veut profiter du plein air et de la nature un peu avant de mourrir.

Notre rêve commun à ma conjointe et moi, c’est de posséder une petite fermette pour notre usage personnel. Pas de quoi de trop gros et mon intention n’est pas de la commercialiser. Nous voulons plutôt nous amuser à faire pousser une partie de notre nourriture afin de manger plus sain et sans pesticides. Nous voulons avoir un plein accès au ciel hors de la polution lumineuse des villes. Nous voulons pouvoir profiter des grands espaces et peut-être offir un refuge à des animaux maltraités par l’homme et ses activités. Nous avons envie de grand-air et de campagne!

De réussir à me bâtir une rente me permettra de réaliser ce rêve et heureusement, les progrès de la société ont aussi du bon. Aujourd’hui le réseau internet est accessible d’à peu près n’importe où aussi je pourrai même poursuivre mes activités en ligne!

C’est un beau rêve et je travaille fort chaque jour pour le réaliser un jour!

C’est important de rêver, d’avoir la vision d’un monde meilleur pour soi-même et puis pour tous. Pour ma part, c’est le moteur qui me permet d’avancer, l’essence qui me permet chaque jour davoir envie d’épargner encore davantage pour me rapprocher de mes rêves!

J’espère que l’ère de l’internet permettra que l’on puisse se répandre à nouveau vers les campagnes, travailler de la maison et redevenir un peu notre propre maître, se réapproprier en partie nos vies. Vivre en agglomérations n’est pas sain. Notre mode de vie actuel n’est pas sain et il est loin d’être durable… ça c’est clair!

Afin de se motiver à épargner plus de 16,000$ par an, ça prend des objectifs puissants, qui poussent à l’action. Il ne faut pas non plus avoir l’esprit présentiste (le plaisir présent est plus important que tout et passe avant toute chose) et donc il faut être capable d’être conscient que les actes faits dans le présent auront une très grande influence sur notre futur. Il faut donc aussi être capable de se projeter de façon réaliste dans le futur.

Voilà l’une des grandes raisons qui me motivent à atteindre la liberté financière à un jeune âge et donc qui me pousse en épargner comme un malade en vue d’atteindre mes rêves!

Et vous, avez-vous des rêves si puissants qu’ils transforment votre quotidien car vous désirez coûte que coûte les réaliser?

Image courtesy of Photokanok / freedigitalphotos.net

4 Comments

  1. Marc-O

Leave a Reply