Comment devenir riche… en devenant pauvre?!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

J’adore les paradoxes et on dit que les contraires s’attirent alors inévitablement, je devais écrire cet article.

Qui ne souhaite pas devenir riche? Mais qu’est-ce qu’être riche au fond? Je pense qu’on a tous notre propre idée dans la tête.

Le dictionnaire Larousse définit la richesse comme suit :

État de quelqu’un, d’un groupe, qui possède une grande fortune, des biens importants.

Wow! Drôlement plus clair…

En fait, la richesse est un concept abstrait qui dépend de vos aspirations, besoins et désirs et de l’état de l’économie dans laquelle vous évoluez.

Évidemment, les besoins humains obligatoires sont limités. Après avoir pu dormir une quantité donnée d’heures, bu suffisament de liquide pour s’hydrater, après avoir ingurgité suffisament de nourriture pour se rassasier et avoir trouvé un toit et un endroit sécuritaire pour se loger, la majorité des besoins sont comblés et ça on peut le faire à peu ou beaucoup de frais en fonction de ses désirs.

Les désirs sont donc à mon avis la clé qui permet de déterminer combien « riche » une personne donnée doit être pour se déclarer comme tel.

On peut donc être riche et ne posséder que quelques centaines de milliers de dollars si on sait se contenter de peu ou être pauvre et posséder des millions si l’on dépense plus que ce l’on gagne. D’ailleurs combien de sportifs et de vedettes d’Hollywood ont fait faillite dans leur vie?

Pour moi, être riche c’est de pouvoir jouir de mon temps sur cette planète comme il me plait. Car après tout, n’est-ce pas ce que nous avons toujours voulu depuis notre naissance? La liberté d’être et d’agir selon nos désirs en tout temps et en toute circonstance à condition sine qua non de ne pas nuire à autrui?

Quand j’étais petit, j’avais hâte d’être grand pour être libre du joug de mes parents. Maintenant que je suis grand, je m’ennuie d’être petit afin de me libérer du joug encore pire des employeurs. Mes parents n’étaient rien à côté de ce qui m’attendait!

Il est naturel de vouloir être libre. C’est une pulsion, un instinct. Et mettre en cage est contre nature, cruel et détestable. Mais, nous les humains, sommes passés maître dans l’art de le faire. Nous mettons tout sous harnais ou dans une cage, les forêts sont contrôlées, la prolifération des autres espèces sur terre est contrôlée, je soupçonne aussi qu’on contrôle la prolifération de l’espèce humaine par des moyens détournés (ou qu’on le fera)…

Et pour pouvoir posséder son temps et se libérer du harnais que faut-il? Il faut être riche bien sûr!

Mais comment devenir riche? Selon moi, le meilleur moyen c’est en se mettant soi-même en partie sous harnais et en contrôlant ses désirs pour pouvoir réellement remplir tous ses besoins fondamentaux. Car à part se nourrir et se loger, je crois que la liberté est aussi un besoin fondamental.

Et pour gagner la liberté de jouir son temps, il faut tout simplement avoir suffisament d’argent pour couvrir toutes ses dépenses en tout temps et les imprévus car la vie est remplie d’embûches…

Est-ce qu’on pourra se permettre des extravagances? Non. Mais le temps vaut-il plus qu’une Tesla, qu’un set de cuisine à 5000$ ou qu’une nuit à l’hôtel à 500$ dans une suite présidentielle? Pour moi oui.

Certains estiment que de se bâtir un fond de 20 à 25 fois ses dépenses annuelles devrait être suffisant pour pouvoir jouir de la liberté de son temps jusqu’à sa mort. Bien sûr, si vous dépensez 50,000$ par an, il vous faudra plus d’un million…

Mais, qu’adviendrait-il si vous arriviez à dépenser et vivre avec 20,000$ par an? Oh… 20 x 20 donne 400,000$. Et si vous arriviez à vivre avec 15,000$ par an alors il ne vous faudrait que 300,000$ pour vous sortir de la rat race! Et puis, rien n’empêche par la suite de gagner quelque revenus d’appoint une fois maître de son temps.

Je fais une petite parenthèse pour expliquer la règle du « fonds d’urgence de 20 ans ». C’est vraiment une règle de pouce qui sert à estimer les fonds requis pour prendre sa retraite. Je ne baserais pas une stratégie de retraite uniquement là-dessus.

En fait, en estimant qu’il est fort probable de pouvoir obtenir un rendement de 4% à 5% par an sur son capital (après inflation), une personne qui dépense 20,000$ par an aura besoin de 400,000$ de capital pour générer 20,000$ par an et conserver son capital. Une règle plus prudente devrait estimer une marge dans le rendement. Pour ma part, je fais des calculs en fonction d’un rendement de 3,5% mais j’investis dans des titres qui versent un revenus en croissance plus rapide que l’inflation. Ainsi, un fonds basé sur 25 fois les dépenses annuelles serait plus prudent et un jour où l’autre, il faudra de toute façon entamer le capital car il ne sert à rien de mourrir riche!

C’est de toute façon pourquoi je dis que pour être riche, vaut mieux être pauvre. Depuis 2 ans déjà, j’apprends lentement mais sûrement à vivre avec moins. Je consacre la majeure partie de mes revenus à l’épargne et au remboursement de mes dettes personnelles incluant une hypothèque que je tente de rembourser en 7 ans. Je vis avec le reste. Un jour, je n’aurai plus d’hypothèque à payer et je n’aurai plus à épargner car mes revenus de placement seront suffisants pour couvrir mes dépenses et l’excès de revenus ne me sera donc plus nécessaire.

En apprenant à me contenter de moins, j’apprends à vivre avec moins et donc j’aurai besoin de moins de revenus passifs pour arriver à mon objectif de liberté. C’est vraiment la clé du mouvement early retirement extreme. C’est de l’anti-consommation afin de se créer de la richesse personnelle et intellectuelle. Car un pauvre ne peut pas se permettre le luxe d’aller au magasin chaque fois que quelque chose est abîmé, brisé ou démodé. Il doit apprendre à le réparer et investir dans des biens durable et donc développer sa motricité manuelle, sa capacité de résolutions de problèmes et sa culture générale.

Je ne calcule généralement pas en terme de capital mais plutôt en terme de revenus passifs lorsque je parle de ma future retraite, mais j’anticipe que mon fonds de liberté devrait atteindre les 400-500,000$ une fois arrivé en fin de parcours. Je pourrai par la suite vivre des revenus de ce fonds (en gardant le capital intact) qui devraient être de 15 à 20,000$ par an au départ, mais qui continueront de croître au moins au même rythme que l’inflation pour le restant de ma vie. Mon fonds continuera lui aussi à faire de l’intérêt composé et une fois ce stade atteint, je serai un futur multi-millionnaire garanti.

Être riche pour moi, c’est être libre. Libre d’aller où je veux quand je veux, d’y passer le temps que je veux et même d’y aller en vélo si je veux ou pourquoi pas à pieds et de ne manquer de rien en terme de nourriture, toit contre les intempéries et sécurité.

Avec de tels revenus, je pourrais vivre ici ou encore déménager dans un pays où gagner 20,000$ par an ferait de moi un homme plus que riche. Mais il est fort probable que je choisirai de vivre ici et peut-être que je passerai quelque mois par an (l’hiver) sous le soleil des tropiques! Qui sait?! C’est ça qui est bien avec la liberté de son temps, c’est que tant de choses deviennent possibles.

Voilà pour moi ce qu’est la richesse! Et je vais y arriver en vivant pauvrement.

2 Comments

Leave a Reply