Comment investir à la bourse avec 10$ par mois!!

Ad Blocker Detecté

Je mets beaucoup de temps et d'énergie dans ce site . Il se finance grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de m'encourager à maintenir ce site gratuit.

Investir à la bourse, c’est pour les riches! FAUX!!!

Pour investir à la bourse ça prend au moins 15,000$ ou 20,000$ en mise de départ. FAUX!!!

Je n’ai pas compté combien de fois j’ai entendu des affirmations semblables et moi-même j’y ai cru pendant un certain temps, pourtant, rien n’est moins vrai.

Avec la technique que je vais vous présenter aujourd’hui, il n’y a plus aucune raison de ne pas commencer à investir dans votre avenir dès aujourd’hui!

En fait, plusieurs grandes corporations (surtout aux États-Unis), mais aussi au Canada, offrent ce qu’on appelle des plans de réinvestissement des dividendes (DRIP Dividend Reinvestment Plan) et des plans d’achat d’actions (SPP Share Purchase Plan).

Ces plans vous permettent deux choses, d’abord d’acheter des actions sans frais de courtage auprès de l’agent de transfert (transfer agent) de la compagnie à travers le SPP (share purchase plan) et ensuite, de réinvestir jusqu’à 100% des dividendes reçus dans l’achat de nouvelles actions de cette compagnie.

Un investisseur boursier traditionnel voudra normalement investir par tranche de 1000$ à la fois afin d’amortir les frais de courtage de 5 à 35$ par transaction. Ça limite drôlement l’accès au libre marché pour le petit investisseur. Mais la technique que je vous présente aujourd’hui rend l’accès facile au petit investisseur puisqu’il peut investir sans frais et de petits montants à la fois!

Quels sont les avantages d’une telle méthode

– vous pouvez commencer à investir à très peu de frais et lancer un plan d’épargne systématique pour moins de 10$ par mois!
– le processus est mécanique et soustrait donc votre émotivité (source de bien des erreurs) de l’équation
– vous pouvez détenir des fractions d’action à travers ce plan ce qui maximise l’effet de l’intérêt composé
– plusieurs compagnies offrent un rabais sur les actions achetées à travers le plan de réinvestissement (allant jusqu’à 5%)
-Bien que certaines compagnies exigent des montants minimums, la plupart vous permettent d’investir de petits montants à la fois
– Il n’y a pas de frais de courtage pour l’achat d’actions ou pour le réinvestissement des dividendes (on sauve donc généralement de 5$ à 35$)

Quels sont les inconvénients?

– Pour s’enroller dans le plan il faut posséder au moins une action ce qui complexifie la stratégie, mais une fois le plan lancé, c’est simple
– Si aucun plan de prélèvements automatique n’est disponible, il faut alors envoyer des chèques postdatés ou un chèque à chaque période d’achat
– On ne peut pas détenir ses actions auprès de l’agent de transfert dans un CELI ou un REER, les dividendes qui ont servi à acheter de nouvelles actions seront donc imposables (mais le taux d’imposition des dividendes est faible au Canada). On peut par contre éventuellement transférer ses actions auprès d’un courtier en valeurs mobilières et les mettre en CELI ou REER
– Peu de compagnies canadiennes offrent à la fois des plans de réinvestissement des dividendes et d’achat d’actions auprès de l’agent de transfert ce qui limite la possibilité de se diversifier

Une bonne façon de commencer à investir

Pour détenir un compte de courtage auprès d’une institution financière, il faut généralement un dépôt minimum d’au moins 1000$ et si on n’a pas une balance d’au moins 15,000$, la plupart des institutions financières peuvent vous charger des frais d’administration élevés qui viennent gruger dans votre profit.

Ainsi, cette option permet de démarrer un portefeuille à peu de frais, tout en maximisant l’effet de l’intérêt composé. Une fois que vous aurez suffisament d’actions, vous pourriez alors considérer de tout transférer auprès d’un courtier à escompte.

Comment établir un plan étape par étape

Étape 1 Choisir la cie dans laquelle investir

Les deux principaux agents de transfert au Canada son ComputerShare et Canadian stock transfer.

Consultez leurs listes pour trouver des compagnies qui vous intéressent :

Canadian stock transfer – liste des compagnies

ComputerShare Canada – liste des compagnies

Assurez-vous que la compagnie choisie offre à la fois un plan de réinvestissement des dividendes et un plan d’achat d’actions si vous voulez pouvoir faire des cotisations mensuelles ou trimestrielles.

Alternativement, le site DripPrimer tient une liste des titres canadiens avec toutes leurs options.

Pour les fins de cette démonstration, je vais choisir la Banque de Montréal qui offre des conditions flexibles et une option de prélèvement automatique au compte par l’entremise de l’agent de transfert ComputerShare.

Ceci n’est pas une recommandation d’achat d’actions de la BMO. Je n’ai fait aucune recherche sur ce titre et je ne suis pas actionnaire de cette compagnie. Je l’ai simplement choisie parce qu’elle offre à la fois un plan d’achat d’actions par prélèvements automatiques sans minimum, qu’une seule action est nécessaire pour s’enroller et parce qu’elle offre aussi un plan de réinvestissement des dividendes. Voir les conditions auprès de ComputerShare ici. Ces conditions peuvent changer.

Étape 2 : acquérir votre première action

Une fois que vous avez choisi la compagnie dans laquelle vous désirez investir, assurez-vous de connaître combien d’actions vous devez posséder pour vous enregistrer au plan. Normalement, une action est suffisante, mais certaines compagnies exigent que vous possédiez au moins 100 actions comme la Banque Nationale par exemple. L’agent de transfert peut vous renseigner sur les conditions de chaque plan.

L’action devra être enregistré à votre nom, pas au nom de votre courtier comme c’est habituellement le cas si vous possédez un compte de courtage à escompte auprès d’une des grandes institutions financières. C’est là ou il y a des frais et un peu de complexité, mais une fois cette étape franchie, tout est facile.

Pour acquérir votre première action, deux choix s’offrent à vous. Soit d’ouvrir un compte de courtage auprès de votre institution financière, d’acheter l’action (ou préférablement les actions pour amortir les coûts) sur le marché libre et défrayer les coûts de transaction (normalement 9,99$). Puis, d’ensuite faire enregistrer cette action à votre nom (moyennant des frais +/- 50$). Attention! Votre institution financière pourrait ensuite vous charger des frais trimestriels de tenue de compte si vous gardez votre compte de courtage actif…

La deuxième option, c’est de trouver quelqu’un qui pourrait vous transférer une action. Les gens n’enregistrent plus vraiment les actions à leur nom de nos jours, mais si vous êtes prêt à lui payer les frais encourus et à le dédommager, un ami ou un parent pourrait peut-être faire ça pour vous et initier une demande auprès de son courtier!

Sinon, il existe des groupes d’entraide en ligne qui pourraient vous permettre d’acquérir une action. Je vous invite à consulter DripPrimer à cet effet. Toutefois, pour des raisons de sécurité, personnellement je privilégierais de passer par un ami ou un membre de la famille. Le choix vous appartient.

Étape 3 : s’enroller dans le plan

Sur le site web de l’agent de transfert, on trouve généralement tout ce qui nous est nécessaire pour s’enroller. Soit, le prospectus du plan, le formulaire pour s’enroller, le formulaire de débit pré-autorisé etc…

Il suffit de remplir toute la paperasse et le tour est joué!

Pour BMO par exemple, vous trouverez toute la documentation ici.

On peut même lancer ce genre de plan pour notre enfant ou petit-enfant (consultez votre comptable pour les implications fiscales). Bien sûr, encore une fois, cette technique ne permet toutefois pas de participer à un régime enregistré d’épargne étude, mais c’est une bonne approche pour initier le petit à l’investissement boursier.

Conclusion

Investir à la bourse peut en fin de compte être très facile. Le DRIP et les plans de SPP permettent en effet de maximiser la magie de l’intérêt composé tout en automatisant le processus.

Lentement mais sûrement, les actions s’accumulent et en peu de temps, vous serez surpris de constater à quel point vous êtes devenus riche!

Pour l’instant je ne possède aucun DRIP et j’investis à coup de mille dollars ou plus à la fois car je veux maximiser mon REER et mon CELI et car je me suis donné les moyens d’investir de si gros montants. Mais, éventuellement, je pense lancer de tels plans avec certaines compagnies solides dans lesquelles je souhaite investir. Je pense aussi faire de même pour mon futur petit bout-de-choux à naître!

Vous voulez l’exemple d’un petit investisseur qui applique cette technique? Visitez le site de mon ami-blogueur Steph sur Liberte101.com

Quelle est votre expérience des DRIP? Connaissez-vous quelqu’un qui utilise cette technique avec succès?

2 Comments

Leave a Reply