La croissance du dividende pour les nuls

Ad Blocker Detecté

Je mets beaucoup de temps et d'énergie dans ce site . Il se finance grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de m'encourager à maintenir ce site gratuit.

« Comment ça marche ton truc je ne comprends rien… »

Je l’ai entendu souvent celle-là. C’est pourtant très simple mais à la fois très long à expliquer car il faut d’abord comprendre et accepter certaines évidences mathématiques. Une fois intégrées, la méthode est très simple à suivre. Mais c’est justement la simplicité de la méthode qui la rend si performante.

Explication sommaire de la technique

La technique d’investissement dans la croissance du dividende en est une qui consiste à investir uniquement dans des actions de grandes compagnies qui ont la politique de payer un dividende chaque trimestre et de le hausser par la suite chaque année à un rythme plus rapide que l’inflation. De cette façon, avec le temps de notre côté, notre capital s’accroîtra grâce à magie de l’intérêt composé, le revenu de dividende duquel je veux vivre plus tard s’accroîtra aussi plus vite que l’inflation grâce à magie de l’intérêt composé et un effet boule de neige commence à s’installer lorsqu’en plus des hausses de dividendes, nous ajoutons aussi de l’argent frais et que nous réinvestissons les dividendes.

Rien n’est garanti bien sûr mais les actionnaires de ces compagnies s’attendent à ce que les gestionnaires livrent ce genre de rendement.

En fait, la technique consiste essentiellement en un harnais mis sur le dos de la magie de l’intérêt composé.

La 8e merveille du monde

Et qu’est-ce que l’intérêt composé?

Lowell Miller le décrit de cette façon :

L’intérêt composé c’est l’argent que l’argent fait combinée à l’argent que l’argent a déjà fait. Et, chaque fois que l’argent fait de l’argent, elle est ensuite capable de faire encore plus d’argent qu’avant. On appelle ce cycle le cercle vertueux et c’est exactement ce que l’on veut voir travailler pour nous! (Traduction libre de l’anglais)

D’autres érudits, poètes et grands de ce monde l’ont quant à eux décrit comme suit :

Je ne sais pas ce que sont les 7 merveilles du monde, mais je connais la huitième; l’intérêt composé! – Baron Rothschield

Même Albert Einstein la qualifiait de plus grande découverte mathématiques de tous les temps!

Beaucoup connaissent et comprennent la différence entre l’intérêt simple et l’intérêt composé. Pourtant, peu mettent en place un cercle vertueux qui les rendra riche et libre. C’est drôle non?!

Admettre qu’aucune pilule miracle ne nous rendra riche

Pour devenir riche et libre financièrement, il n’existe pas de solution miracle. Ça se fait de la même façon que la perte de poids. Pour maigrir, la seule et unique solution (bien qu’on voudrait tous croire à une pilule miracle), c’est de manger moins de calories et de dépenser plus de calories par l’exercice. Il faut ensuite maintenir ce rythme pour toujours…

Atteindre la richesse et la liberté financière c’est la même chose. Il faut dépenser moins que ce que l’on gagne et investir la différence… pour toujours… ou du moins jusqu’à ce qu’on en ait suffisamment pour en vivre. Il faut donc adopter un nouveau mode de vie à contre-courant de notre société de surconsommation.

Ce qui est bien c’est que si on apprend à dépenser moins on a aussi besoin de beaucoup moins de revenus pour vivre. C’est donc un second cercle « positif » ou vertueux qui s’installe plutôt qu’un cercle vicieux.

La méthode d’investissement par croissance du dividende offre une façon intelligente d’investir les surplus provenant de mes revenus. C’est aussi une approche intégrée qui permet de transformer l’épargne en revenu et de « protéger » le revenu contre les ravages de l’inflation.

Mon objectif est donc d’acquérir le titre d’une compagnie en obtenant un dividende initial moyen de 3,5% à travers mon portefeuille. Ceci me permet donc d’acheter 350$ de revenu passif annuel de dividendes par tranche de 10,000$ investi. Ça paraît très peu, mais c’est le prix à payer pour obtenir des revenus sans ne rien faire par la suite car mon argent travaillera à ma place. Et puis, ce 350$ subira lui aussi la magie de l’intérêt composé et mon 10,000$ croissera au fil du temps. En vendant l’actif, je perds le revenu mais j’empoche l’argent. Aussi, l’argent investi n’est pas perdu en lui-même, il est simplement au travail et me rapportera énormément d’argent au cours de ma vie.

À première vue, à ce prix, certains diraient qu’il me faudrait 1,000,000$ pour obtenir 35,000$ par an en revenu… oh la la… Décourageant n’est-ce pas? Et bien non! Il ne faut pas se décourager car c’est vrai et faux à la fois. Oui, un jour j’aurai 1,000,000$. Mais, pour l’avoir je n’aurai pas eu à épargner 1,000,000$. Car ici entrent en ligne de compte deux facteurs qui rendent cette technique intéressante et font qu’avec moins on peut faire plus.

D’abord, la croissance du dividende et ensuite la magie des intérêts composés et du temps.

Je m’explique. En plus de chercher un dividende initial de 3,5%, mon second critère est d’investir dans des compagnies qui ont pour politique de hausser leur dividende plus rapidement que l’inflation. Je cherche une croissance du dividende de l’ordre de 8% globalement à travers mon portefeuille. Ceci permettra à mon revenu d’être à l’abri de l’inflation mais aussi de croître et de profiter de la magie de l’intérêt composé.

Ainsi, si une compagnie dont l’action coûte 100$ verse un dividende de 3,50$ ou 3,5% au moment de l’acquisition et qu’elle augmente son dividende de 8% par an, mon 3,50$ de revenu deviendra 5,14$ après 5 ans, 7,56$ après 10 ans et 16,31$ après 20 ans par action. Ainsi, mon investissement initial de 10,000$ qui me rapportait 350$ la première année me rapportera 1631$ par an la 20e année et ainsi de suite. En plus, ce 10,000$ aura pris de la valeur au fil du temps car lorsque le dividende augmente, l’action prend généralement aussi de la valeur de façon proportionnelle car un actif vaut ce qu’il rapporte. Comme une propriété à revenus se vend selon un multiplicateur de ses revenus, une action d’une grande compagnie payant un dividende en fait tout autant.

Ce qui est vraiment intéressant, c’est que l’intérêt composé s’applique donc à la fois au dividende et au capital.

Ainsi, grâce à la magie des intérêts composés et du temps, je pourrai me générer 35,000$ de revenus de dividendes avec probablement près de 5 fois moins de capital que si j’avais voulu y arriver d’un coup. Mais, ça prendra beaucoup de patience!

Évidemment, dans la vraie vie les choses ne sont pas aussi « lisses ». Certains titres que j’achèterai offriront un dividende plus haut ou plus bas que 3,5%. Leur croissance aussi variera et fluctuera d’année en année, mais globalement, je vise cet objectif d’obtenir 3,5% en dividende initial et 7-8% de croissance annuelle du dividende.

Mon plan est d’atteindre la liberté financière en 12 ans en développant parallèlement plusieurs sources de revenus passifs, de petites vaches à lait pourrait-on dire.

Pour moi, la liberté financière, c’est de ne plus avoir de dettes et d’avoir suffisamment de revenus passifs (ne nécessitant pas ma présence active pour se générer) pour couvrir mes dépenses de base.

J’évalue qu’une fois mon hypothèque entièrement remboursée, 15,000$ en revenus de dividendes (qui continuera de croître à raison de 8% par an en plus d’être taxé avantageusement) et 15,000$ en revenus passifs autres (mes revenus en ligne liés à de la propriété intellectuelle) seront amplement suffisants pour prendre la décision de me retirer du monde du travail actif et de pouvoir enfin choisir réellement comment je dépenserai mon temps. Travail et liberté financière ne sont pas mutuellement exclusifs. Mais si je travaille par la suite, ce sera fort probablement à temps complet pour moi-même pour augmenter mes revenus passifs.

Pour y arriver il me faudra donc investir suffisamment de fonds (incluant le réinvestissement de mes dividendes et la croissance de mes dividendes) pour générer 15000$ par an en revenus de dividendes pour mes 45 ans (2026).

À 350$ / 10,000$ investi, ça fait beaucoup d’argent à investir, mais l’atteinte de la liberté financière est un luxe, peut-être le plus grand luxe qu’un homme peut vouloir se payer. Certains rêvent d’une Lamborghini, d’autres d’un condo au bord de la mer. Moi je rêve d’être libre.

Toutefois, en prenant avantage des véhicules privilégiés d’investissement tels que les REER et le CELI, économiser est plus facile et les revenus futurs seront aussi avantageusement imposés (CELI non imposable et REER imposé à un taux fortement inférieur à celui auquel je serais imposé aujourd’hui).

De plus, lorsqu’il ne restera plus d’espaces dans ces véhicules, il est aussi important de se rappeler que le traitement fiscal des dividendes de sociétés Canadienne est aussi plus avantageux que le revenu de salarié. Ainsi, avec moins de revenus bruts on conserve davantage de revenus nets dans nos poches!

Vous verrez, ça paraît plus gros que c’est. En réalité, le temps et la magie des intérêts composés fonts presque tout le travail à ma place.

Générer des revenus passifs de dividendes : un exemple concret

Prenons ma situation afin de voir de quelle façon et avec quel effort d’épargne je peux arriver à mes fins.

Rappelons-nous toutefois que j’essaie d’atteindre la liberté financière rapidement, car j’ai été idiot trop longtemps pour comprendre tous ces principes. Normalement, on met 30 ou 35 ans à l’atteindre… C’est donc plus facile!

Ce scénario prend pour acquis les paramètres suivants :

  • Investissement annuel de 16,000$ par an pendant 13 ans
  • Dividende initial de 3,5% lors de l’acquisition d’une action
  • Croissance du dividende de 8% par an
  • Réinvestissement de tous les dividendes
  • Retraite à 45 ans en 2026
  • Après ma retraite, je vivrai du revenu de dividende et ne réinvestirai plus un sous
  • Le revenu continuera de croître à raison de 8% par an
  • Le capital sera conservé intact jusqu’à ma mort (sujet à changement car à rien ne sert de mourir riche)
  • J’ai planifié que j’allais mourir à 100 ans (du moins j’espère)
  • D’ici là, peut-être pourront-ils régénérer les organes des hommes riches pour prolonger la vie?! Qui sait?!


Comme vous pouvez le constater, le temps et l’intérêt composé font bien les choses. À 65 ans, l’âge normal de la retraite, mon revenu de dividende à lui seul devrait avoir atteint 70,745.00$ par an! Pas mal?! J’aurai déjà 20 ans de retraite derrière moi!

Je sais qu’épargner 16,000$ par an ça paraît beaucoup, mais en apprenant à vivre avec moins, en profitant des avantages du REER, en réinvestissant les retours d’impôts, c’est tout à fait envisageable pour quelqu’un qui gagne 45,000$ à 50,000$ et qui rêve de liberté. Il suffit de faire les bons choix maintenant (éviter l’endettement, éviter les dépenses inutiles, privilégier une vie simple)… Le « early retirement extreme » ou l’atteinte de la retraite jeune est un art et un mode de vie! Plus on se rend compte qu’on évolue dans le spectre de l’atteinte de la liberté financière, plus on a envie de trouver des façons d’épargner davantage.

En cherchant à épargner, on fait travailler nos méninges. On apprend à réparer soi-même les choses, on apprend à cuisiner, on évite les pièges de la surconsommation et ainsi on contribue à une meilleure planète. En apprenant à dépenser moins, on a besoin de moins de revenus et on peut donc atteindre la liberté plus rapidement.

En commençant plus jeune, ou en épargnant durant 20 ou 30 ans au lieu de 13, on peut arriver aux mêmes résultats avec beaucoup moins d’épargne annuelle… Tout est relatif!

Notez qu’en plus des revenus de 70,000$ par an à 65 ans (auxquels s’ajouteront mes revenus de pension et de RRQ), je posséderai un portefeuille d’actions qui vaudra probablement autour de 2,000,000$ (à 3,5% de rendement, ça donne environ 70,000$ de revenus). Donc, il n’y a pas que les revenus, il y a aussi le capital!

Et c’est à partir de ce moment que le plaisir commence et que la magie des intérêts composés commence à devenir folle. À 100 ans, mon revenu annuel sera de 1,045,980$!!! À 3,5% de rendement, ça me donne un portefeuille d’actions d’une valeur de près de 30 Millions de dollars!!! De quoi enrichir le fisc… et mes héritiers à mon décès!

C’est de cette façon qu’on devient riche sans utiliser de leviers financiers! En se diversifiant dans l’immobilier et dans l’exploitation d’entreprise et en utilisant l’argent des autres et la force de travail des autres pour s’enrichir, on peut atteindre des sommets! Mais, je n’aspire pas à de tels sommets pour ma part… Je suis plus modeste!

Mon rêve de liberté

Je suis une personne passionnée. J’adore créer, réparer, apprendre de nouvelles choses. J’aime lire, écrire, l’astronomie, la mécanique, la robotique, la programmation, le dessin et la peinture… Mais, je manque atrocement de temps pour faire ce que j’aime.

À 45 ans, lorsque je quitterai le monde du 9 à 5 que je considère de l’esclavage salarié, j’aurai alors tout mon temps pour me consacrer à mes passions et même générer des revenus grâce à ces passions.

Internet révolutionne le monde et la façon de faire des affaires. Désormais, n’importe qui à partir de son divan peut faire la compétition à des géants de l’industrie. Vous pouvez vendre vos oeuvres d’art sur Etsy.com. Vous pouvez offrir vos services de comptable ou traducteur sur Elance.com. Vous pouvez écrire pour nombre de magazine. Vous pouvez devenir un marketeur en ligne et générer des revenus de publicité grâce à votre popularité. Vous pouvez faire des flips « immobiliers » en vendant des adresses « .com » bien choisies qui attirent du trafic…

Les possibilités sont infinies. La seule limite c’est l’imagination et les connaissances techniques, mais tout s’apprend!

Dividend Growth Investing : par où commencer?

La première chose à faire, c’est d’apprendre et lire le livre de Lowell Miller « The Single Best Investment » est un bon début.

Ensuite, pour en apprendre davantage sur l’investissement, les écrits de Warren Buffett sont un must! Vous les trouverez sur le site de sa compagnie Berkshire Hathaway. C’est plus de 800 pages de lettres aux actionnaires qui contiennent de précieux conseils pour l’investisseur débutant.

Finalement, voici le Saint-Graal, la sacro-sainte liste de tous les investisseurs dans la croissance du dividende. La liste de David Fish qui tient à jour les données de plusieurs centaines de compagnies qui paient un dividende en croissance depuis au moins 5 ans et jusqu’à plus de 50 ans pour certaines.

Si ça n’est toujours pas clair pour vous, n’hésitez pas à me poser des questions.

11 Comments

  1. Ginette
  2. Ginette
  3. Hassen
  4. Hassen
  5. christian
  6. christian

Leave a Reply