Êtes-vous un zombie? Que ferez-vous à la retraite?

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

J’ai pris l’autobus hier matin pour me rendre au boulot avec d’autres travailleurs comme moi lorsque ça m’a frappé. Nous sommes envahies par les zombies. Regardez autour de vous. Ils sont partout! Le commis à la pharmacie, l’étudiante à votre arrêt d’autobus, vos collègues de travail, le patient à la clinique médicale, votre beau-frère… Tous des zombies!

Ils marchent, ils parlent, mais ils ne prennent pas le temps de réaliser qu’ils pourraient se réveiller et faire autre chose de plus pertinent de leur vie.

Je veux me libérer jeune des chaînes du monde du travail. Je suis prêt à travailler fort pour y arriver. Car, je ne veux pas devenir un zombie moi aussi…

Je veux quitter la rat race dès maintenant!

En fait, si je pouvais être libre financièrement dès maintenant, je quitterais mon emploi demain pour profiter de la vie. Je crois sincèrement que le monde du travail tel qu’on le connaît détruit mon cerveau. Sérieusement! Plus je travaille, plus j’ai l’impression de perdre une partie de moi-même. Je deviens institutionnalisé. Tellement, que même durant les week-end, il m’arrive d’avoir hâte de retourner au travail. Je me mets à regarder l’horloge car j’aimerais voir la journée avancer plus vite. Et, lorsque je suis au travail, j’ai hâte aux week-end et je passe mes journées à regarder l’horloge, espérant avoir quelque pouvoir de télékinésie pour la faire avancer plus vite!

Croyez-moi! Le travail, tel qu’on le connaît dans notre société, détruit le cerveau!

Je suis certain qu’un jour, quelqu’un gagnera le prix Nobel en démontrant que le monde du travail détruit la créativité, que le monde du travail détruit ce qui nous a permis d’évoluer en tant qu’espèce afin de nous différencier des autres animaux de la planète.

Les corporations, l’école, les gouvernements. Ils sont obsédés par la standardisation. Ils veulent faire de nous des êtres identiques, des machines productives fabriquées en série. Pourtant, ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que pour que l’humanité puisse survivre et évoluer, nous devrions tous être différents. Nous devrions nous réjouir devant la différence et la cultiver.

L’un de nous trouvera un jour une idée fantastique qui nous permettra d’atteindre et de coloniser une autre planète. L’un de nous trouvera une cure au cancer. C’est de cette façon que l’évolution fonctionne. Laissez-nous être nous-même, laissez-nous nous accomplir pleinement en tant que personne, atteindre notre plein potentiel. Ce n’est pas en faisant la même chose encore et encore et jour après jour que nous ferons évoluer l’humanité!

Ok, assez de philosophie!

Vous sentez-vous parfois comme un oiseau dans une cage ou un lion dans un zoo ou n’est-ce que moi?

On dit que l’enfer est dans la répétition. Mon travail est plutôt répétitif bien que je sois gestionnaire. Je n’ose imaginer comment j’ai pu tenir le coup en travaillant dans un emploi de production. Vous allez bien sûr me dire « Change de travail et cesse de te plaindre! ». À cela je répondrai que c’est mon blog et j’adore me plaindre alors voilà!!!

Ok, je ne suis pas si stupide. Au cours des 10 dernières années, j’ai travaillé dans 8 différentes compagnies et dans plus de 12 différents domaines allant de l’ingénierie à la vente, en passant par l’analyse, des centres d’appels, l’assurance, le tri postal, la gestion de projet, l’enseignement et même la prévention du crime!

J’ai un diplôme universitaire, deux diplômes collégiaux, des études non terminées dans deux autres domaines d’étude car j’avais envie d’apprendre sur ces sujets. En plus, j’ai lu tellement de livre sur tant de sujets que mon libraire connaît mon nom par coeur et même le nom de mon chat. Je sais tricoter (je sais, c’est un truc de fille mais… longue histoire), je sais réparer une voiture, programmer des logiciels, cuisiner asiatique, italien ou portugais et même faire ma propre bière et mon propre vin…

Travailler m’ennuie… ZZZzzzZZZ

 Je m’ennuie au travail… je n’y peux rien. Après 3 mois dans un emploi, je m’emmerde. Parfois, c’est après trois semaines, trois jours ou même trois minutes… Je ne suis pas fait pour travailler dans ce système.

Vous pourriez alors me dire « démarre une entreprise!!! Ça te gardera motivé et occupé! »

Eh bien… non! J’ai été travailleur autonome déjà… Ça m’emmerdait… Je déteste la répétition… Mauvais domaine peut-être. C’était dans la vente d’assurance… Been there done that! Suivant?

Je suis un consommateur, un sous-produit de la société. Mais, je ne consomme pas des produits « normaux ». Je suis seulement intéressé par l’information. J’ai BESOIN d’apprendre de nouvelles choses constamment. J’ai besoin d’expérimenter de nouvelles choses, de voir de nouveaux endroits. Si je ne le fais pas, je deviens frustré!

Mais, bien que j’aie besoin de toute cette nouveauté constamment, j’habite dans la même ville depuis ma naissance et j’aime cela ainsi. J’ai les même amis que j’avais il y a 15 ans et même si j’ai eu plusieurs compagnes au fil des ans, je suis plutôt du type conservateur à cet égard aussi.

Ne me dévisagez pas comme si j’étais un idiot!

Quand je dis aux gens que j’ai hâte d’être enfin complètement retraité, ils me regardent avec de grands yeux. Retraité??? Si jeune??? Que vas tu faire de ta vie?

La plupart me disent même qu’ils ne se voient pas arrêter de travailler, qu’ils envisagent même de ne jamais prendre leur retraite tant qu’ils auront la force de se rendre au travail… Maintenant, c’est à mon tour de les regarder avec de grands yeux!!!

Pourquoi diable voudriez-vous travailler jusqu’à votre mort? Qu’est-ce qui rend votre travail si spécial que vous ne pouvez vous imaginer faire quelque chose de mieux de votre unique vie… Je crois en effet qu’on ne vit qu’une seule fois!

Qu’est-ce que moi je ferais de mon temps si j’avais tout le temps du monde? Je ferais tant de choses. Je veux voir tant d’endroits. Je veux apprendre à propos de tellement de sujets que j’aurais besoin d’être immortel. Qu’est-ce que je ferais de ma vie? Je ferais ce que je veux quand je le veux!

Volkswagen Blues

La première chose que je ferais serait d’acheter un de ces vieux camper Volkswagen comme dans le roman Volkswagen Blues et je me lancerais sur les routes pour un bout de temps. J’aimerais voir le pays dans lequel je vis. Je veux voir le parc de Yosemite, la Californie, la Caroline du sud. Je veux voir Hawaii, Végas, Seattle. Je veux voir Walt Disney et Cap Canaveral. Je veux voir le Yukon et l’Alaska!!! Je voudrais voir le monde entier et toutes les mers!

Mais… je ne peux pas!!! Je TRRRRAVAILLLLLLLLLE!!! Je ne fais que travailler. Tout le temps, jour après jour! Et, lorsque j’ai finalement quelques jours de vacances, je suis si fatigué que tout ce que j’ai envie de faire, c’est le bacon sur la plage avec un Daiquiri aux fraises!

Je ne suis pas mon travail!

La plupart des gens se définissent par leur travail. Sans lui, ils se sentiraient inutiles. Pour moi, un travail est une obligation (pour l’instant). Je ne peux envisager de me définir par mon travail. Il me sert à mettre du pain et du beurre sur la table (et payer mon hypothèque, l’essence pour ma voiture…). Ça n’est pas moi. Mon rôle est de gérer, mais je ne suis pas qu’un « gestionnaire »!

Lorsque les gens me demandent ce que je fais dans la vie, je leur dis que j’aime cuisiner, investir mon argent dans des titres de grandes sociétés, lire, écrire, fabriquer des meubles de mes mains, faire de la randonnée pédestre etc… Ils me regardent encore comme si j’étais un idiot et me disent « ok… mais je veux dire, que fais-tu dans la vie. Est-tu un électricien, un avocat, un comptable? »

Je suis un humain. Je travaille parce que j’ai été trop imbécile (jusqu’à récemment) pour comprendre comment on peut devenir libre financièrement! Suis-je le seul à penser qu’il y a tant de meilleures choses à faire de nos vies sur cette planète que d’être un travailleur salarié qui répète sans cesse les mêmes tâches?

Lorsque je suis coincé dans le trafic, je me sens parfois comme un bovin qui se rend à l’abattoir. Je sais où je vais. Je sais ce que je trouverai au bout de la route. Mais, comme les autres, je ne fais que boire mon premier café du matin et je poursuis ma route jusqu’à ce que j’arrive au boulot…

Et nous croyons être plus intelligents que les animaux? Eux tentent au moins de s’enfuir!!!

Peut-être que si j’avais été un chercheur étudiant le cancer alors j’aurais été si passionné par mon « travail » que je ne l’aurais pas considéré comme tel. Ç’aurait plutôt été comme une mission!

Mais, je fais mon 9@5 dans un bureau banal du centre-ville… Je fais… humm je suppose qu’on pourrait appeler ça du travail de bureau?! Qu’est-ce que j’apporte à l’humanité en envoyant des emails, en poussant un crayon, en participant à des meetings toujours à propos des 5 mêmes sujets (et personne ne semble le réaliser ou alors tout le monde s’en fout?!), le tout tout en buvant mon deuxième café avec mes collègues…

Sérieusement, qui a-t-il de si merveilleux à imprimer des papiers, préparer des power-points, répondre au téléphone pour que j’aie envie de faire ça jusqu’à ma mort???

Tant de gens ne prennent même plus leurs vacances car ils auraient trop de travail à leur retour et ça les stresse… Wow! Alors quoi? Tu le feras à ton retour, une chose à la fois vieux! Ou mieux encore… quelqu’un le fera à ta place pendant que tu seras absent! Prends tes vacances!! C’est ton seul moment de liberté!

Certains de ces zombies m’ont même dit que lorsqu’ils sont en vacances ou durant les week-end, ils ne savent que faire de leur temps alors ils préfèrent rentrer au boulot comme à l’habitude. Et vous savez ce qui ne va pas avec tout ça? Je suis en train de devenir un zombie moi aussi…

Je ne veux pas devenir l’un d’eux! Il est de mon devoir de me délivrer de la rat race. Je dois réussir coûte que coûte. Je veux qu’on me sorte de la Matrice!!! Où est Morpheus? Où est Neo???

J’aime imaginer ma vie dans 10 ans. Peut-être que j’aurai besoin de 15 ans pour atteindre mes objectifs, mais qui sait?! Dans mon rêve, j’ai une ferme d’un acre avec ma femme et mes deux enfants. Mon hypothèque est complètement remboursée. J’ai des revenus passifs provenant de mes dividendes pour couvrir toutes mes dépenses et j’ai tout le temps du monde à consacrer à mon esprit créatif. J’aurai un beau jardin, des poules et peut-être même une vache qui s’appellera Valérie pour nourrir ma famille avec des produits frais et naturels!

Je dormirai si j’en ai envie. Je ferai une sieste si j’en ressens le besoin. Je vais lire, écrire, fabriquer, réparer et aider les autres. Je serai peut-être même consultant ou un enseignant à temps partiel.

Quand on a tout le temps du monde, ce qu’on peut réaliser est presque illimité!!

Mon objectif est de me retirer de la rat race pour ou avant mes 45 ans sans dettes, sans hypothèque et avec des revenus passifs d’au moins 1500$-2000$ par mois. Pour y arriver, j’investis principalement dans des titres de grandes compagnies qui paient un dividende en croissance!

Et vous, allez-vous vous laisser devenir un zombie?

.ads in wordpress

[author] [author_image timthumb=’on’]http://faiscommelesriches.com/wp-content/uploads/2013/06/ID-10050051.jpg[/author_image] [author_info]Bonjour, moi c’est Alain. Je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années. J’achète ces titres lorsqu’ils sont sous-évalués par rapport à leur valeur intrinsèque. [/author_info] [/author]

Image courtesy of Victor Habbick/ FreeDigitalPhotos.net

Leave a Reply