Dividend Growth Investing : Qualité élevée + Dividende initial élevé + Croissance du dividende élevé = Rendement total élevé!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Je viens de terminer le livre de Lowell Miller intitulé « The single best investment : building wealth with dividend growth ». C’est l’un des meilleurs livres que j’ai lu jusqu’à maintenant à propos de la technique d’investissement par croissance du dividende.

La prémisse du livre est simple et plutôt logique. Elle se résume par cette simple formule :

QUALITÉ ÉLEVÉE + DIVIDENDE INITIAL ÉLEVÉ + CROISSANCE ÉLEVÉE DU DIVIDENDE = RENDEMENT TOTAL ÉLEVÉ

Si vous êtes intéressé par cette technique d’investissement qui a fait ses preuves et qui vous permettra de vous bâtir un portefeuille de revenus passifs qui croîtront plus rapidement que l’inflation, créant un effet boule-de-neige étonnant, c’est définitivement un livre à lire!

La technique de l’investissement dans la croissance du dividende est une technique à votre portée qui peut réellement vous rendre millionnaire… lentement, mais sûrement!

La technique de Lowell Miller se décline en 12 critères. Je ne reprendrai pas l’ensemble de ses critères par respect, mais aussi parce que je crois qu’il saura vous les expliquer mieux que moi. Par contre, je vais expliquer les grandes lignes de sa formule. Le livre fait plus de 265 pages et vouloir le résumer en un seul article serait tout simplement prétentieux…

Les critères de sélection de M. Miller ressemblent toutefois étrangement aux miens et je crois que ce sont les critères de tout bon investisseur valeur.

Le premier critère de sélection est toutefois bien simple, pour qu’un titre soit considéré à l’achat, la compagnie doit verser un dividende et ce dividende doit être en croissance chaque année à un rythme plus élevé que l’inflation.

Qualité élevée

Lorsque vient le temps de choisir un investissement, la qualité est primordiale si on veut obtenir un bon rendement, mais aussi afin de s’assurer une certaine protection de notre capital investi. Mais, qu’est-ce qu’une compagnie de qualité?

Selon Lowell Miller, il est important de choisir une compagnie gérée par des dirigeants honnêtes et compétents. Cette notion n’est d’ailleurs pas étrangère à la vision de Warren Buffett. Si, en lisant les articles de journaux ou les communiqués de presse vous découvrez que des allégations ont été portées contre l’administration, ou encore que les dirigeants semblent mener les actionnaires en bateau, alors tenez-vous loin! Comme Miller le dit si bien « Si ça sent bizarre dans le sous-sol, c’est peut-être bien parce que des cadavres y sont enterrés… (traduction libre) »!

Une compagnie de bonne qualité devrait aussi être en mesure de croître grâce à son flux de trésorerie (cash flow) et utiliser le levier de l’endettement avec parcimonie. Le ratio dettes/équité devrait être inférieur à 50% de façon générale et le flux de trésorerie devrait être en mesure de couvrir le paiement des intérêts sur la dette selon un ratio d’au moins 3 pour 1.

Le flux de trésorerie devrait être solide, constant et en croissance. Afin de supporter une croissance du dividende de 5 à 10% annuellement, on doit constater que les bénéfices augmentent au même rythme au minimum, sinon, un jour ou l’autre, le dividende sera coupé ou réduit. Une compagnie devrait avoir un ratio de couverture du dividende généralement inférieur à 60% du flux de trésorerie (dividende / bénéfices < 60%). En anglais, on nomme ce ratio le « payout ratio ». Plus le payout ratio est bas, mieux c’est, car la compagnie devrait réussir à maintenir le dividende et même le faire croître même en période difficile.

Un compagnie ayant une solide croissance du flux de trésorerie se sert généralement des récessions pour acquérir ses compétiteurs, étendre ses parts de marché en dépensant encore plus en publicité ou en acquérant de solides employés.

Afin de déterminer rapidement la solvabilité d’une entreprise, Miller se fie notamment aux agences de notation de crédit. C’est un bon raccourci. Il recommande alors une côte de crédit d’au moins BBB+. Pour l’investisseur moins ferré en comptabilité, cette méthode peut être d’une grande aide. Les agences de notation font-elle des erreurs? Bien sûr que oui. Mais, de façon générale, elles sont plutôt fiables.

Une entreprise de qualité élevée devrait, selon lui, résoudre un problème humain durable. Les humains auront toujours besoin de se loger, de se nourrir, de boire ou manger. Mais, ils auront aussi besoin de communiquer, se chauffer, se transporter. Il privilégiera donc des entreprises qui offrent de bonnes solutions qui aideront les gens pour des années et des années à venir.

Aux Etats-Unis, les services publics comme l’électricité, l’eau potable, l’enlèvement des déchets sont gérés principalement par des compagnies privées. Elles peuvent faire de bons candidats pour l’investisseur qui cherche un dividende élevé et en croissance.

Miller n’en parle pas, mais Warren Buffett ajoute un point que je considère important. Selon moi, une compagnie de qualité élevée devrait aussi avoir un avantage concurrentiel indéniable, un petit quelque chose qui la différencie des autres, qui ne peut pas être facilement copié. On reconnait généralement ces compagnies par leur retour sur équité (ROE) qui est plus élevé que celui de ses concurrents.

Finalement, une compagnie de qualité devrait se démarquer des autres par son comportement en période de crise. Analysez les crises financières passées. Les revenus étaient-ils au rendez-vous? Les bénéfices étaient-ils au rendez-vous? Le dividende a-t-il été maintenu et même augmenté malgré la crise? Des compagnies comme Wal-Mart ont continué d’augmenter agressivement leur dividende même en 2008-2009, durant le pire de la crise financière américaine!

Dividende initial élevé

Dans le marché actuel, le dividende moyen du marché selon le S&P500 est d’environ 2,4%.

Selon Lowell, un titre devrait commencer à être intéressant lorsque son dividende initial est d’au moins 1,5 à 2 fois le dividende moyen offert par le marché. Ceci nous donne donc actuellement un dividende initial d’au moins 3,6% sur le marché américain. Ne cherchez pas trop longtemps en ce moment, les compagnies de qualité offrant un dividende aussi élevé sont quasi-inexistantes en ce moment. Le Dow se transige à des sommets jamais égalés dans l’histoire de l’humanité!

Il est évident que plus votre dividende initial sera élevé, plus l’investissement sera intéressant et plus vous arriverez rapidement à vous bâtir une machine à revenus passifs intéressante. Malheureusement, le marché est très compétitif et il évolue selon les tendances. Actuellement, la tendance est haussière. Depuis 2009 environ, le marché à augmenté d’environ 170%!!! Plusieurs titres sont hors de prix. Mais, éventuellement, la vapeur se renversera et nous reverrons probablement des dividendes initiaux plus élevés.

Pour ma part, je vise 3,5% comme dividende initial d’acquisition et une croissance de mes dividendes d’au moins 8% par an. Lowell recommande d’avoir un dividende initial d’au moins 1,5 à 2 fois celui du marché et de viser une croissance du dividende d’au moins 5% annuellement.

Bien sûr, tout est relatif et ceci doit être vu comme un guide duquel on peut déroger.

Croissance élevée du dividende

C’est une partie très importante.

Bien des gens l’oublient, mais il existe une taxe inéluctable dans la vie. Elle est là plus persévérante que l’impôt et contrairement à l’impôt, personne n’arrive à lui échapper. Cette taxe, c’est l’inflation!

Présentement, l’inflation est plutôt basse, en-dessous de 2%. Mais, historiquement, nous avons eu affaire à des périodes fortement inflationnistes et il est fort probable que nous aurons à faire face à ce genre de périodes à nouveau dans le futur. Au cours du dernier siècle, l’inflation moyenne à été de 4% environ.

Contrairement aux bons d’épargne, aux obligations d’épargne, aux CPG ou à tout autre produit à taux fixe dont le capital est garanti, la technique du dividend growth investing (investissement par croissance du dividende) offre une réelle protection potentielle contre l’inflation.

Pourquoi? Simplement parce que les grandes compagnies ayant un avantage concurrentiel certain arrivent à passer la hausse de l’inflation à leurs clients et ceux-ci continuent d’acheter malgré la hausse de prix.

Pensons par exemple à Tim Hortons. Leur café moyen se vend présentement approximativement 1,75$. En prenant pour acquis un taux d’inflation de 2%, l’an prochain Tim Hortons devrait augmenter son café à 1,78$.

S’il le font, croyez-vous que ses clients cesseront d’acheter du café pour autant?

Bien sûr que non! Ce pouvoir est d’une importance capitale. Car, c’est cette capacité qu’à une entreprise de refiler la facture de l’inflation à ses clients qui lui permet de hausser ses distributions en dividende à un rythme au moins aussi élevé que l’inflation!

Bien sûr, l’investisseur devrait privilégier des compagnies qui haussent leurs dividendes à un rythme plus élevé que l’inflation pour justifier le risque d’investir en bourse .

La croissance du dividende doit bien sûr être soutenable et supportée par une croissance similaire des revenus et des bénéfices. Sinon, un jour où l’autre, le dividende sera coupé, réduit ou sa croissance sera faible. Pour se donner une idée, Lowell recommande de regarder le passé. Est-ce que la croissance est stable, en progression, en déclin?

Qu’en est-il du payout ratio? Est-il stable? En déclin?

En conclusion

Cette simple formule est puissante et offre l’avantage de simplifier la méthode du « dividend growth investing » à sa plus simple expression et la rendre à la portée de tout investisseur, peu importe son niveau de connaissance en finance.

Acheter lorsque le dividende est au moins 1,5 à 2 fois plus élevé que le dividende moyen du marché force l’investisseur à investir avec une marge de sécurité et lui évite d’acheter lorsque les prix sont trop élevés.

Je crois que le livre de Miller devrait être dans la bibliothèque de tout investisseur sérieux et devrait être lu et relu! Il trouvera définitivement sa place au sein de ma bibliothèque de l’homme riche!

Et vous, aimez-vous les titres qui versent des dividendes en croissance?

.ads in wordpress

[author] [author_image timthumb=’on’]http://faiscommelesriches.com/wp-content/uploads/2013/06/ID-10050051.jpg[/author_image] [author_info]Bonjour, moi c’est Alain. Je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années. J’achète ces titres lorsqu’ils sont sous-évalués par rapport à leur valeur intrinsèque. [/author_info] [/author]

Image courtesy of Stuart Miles/ FreeDigitalPhotos.net

 

7 Comments

  1. Librocito
  2. Maxime
  3. Librocito
  4. Librocito

Leave a Reply